La pollution intérieure s’accumule dans nos habitats au gré des journées, en milieu urbain comme rural. On la retrouve sous formes diverses : humidité, moisissure, particules fines, acariens, produits chimiques, gaz, tabac…

Ce mélange de composants toxiques représente une menace quotidienne pour notre santé. En France, 50 000 décès annuels sont attribués à la pollution intérieure. D’où l’intérêt de s’en prémunir – et ce, d’autant plus que nous passons en moyenne 14 heures par jour sous un toit ! Voici donc quelques conseils pour réduire les sources d’exposition.

Aérer : la règle d’or

Aérez régulièrement, autant que possible. Ventiler l’air intérieur de son logement reste la méthode la plus efficace pour diminuer la quantité de polluants. Il est recommandé d’ouvrir les fenêtres le matin et le soir, pendant au moins une demi-heure au total – et ceci, même l’hiver !

Cela permet d’évacuer l’humidité ainsi que les Composés Organiques Volatiles (COV), ces matières toxiques produites pas les éléments de notre l’habitat (peintures, chauffage, produits d’entretien, matériaux de construction, bougies, activités humaines…). Aérez également après avoir fait la cuisine et le ménage, pris une douche, et en faisant sécher son linge (dans une autre pièce que la chambre à coucher).

Attention aux travaux et à l’entretien

Les matériaux neufs génèrent une quantité importante de COV. Aussi, après avoir réalisé des travaux, pensez à aérer davantage, et pendant plusieurs semaines. Pourquoi ne pas privilégier l’été pour mener ces travaux ? Surtout si c’est la chambre du bébé que vous refaites à neuf – les nourrissons et les fœtus sont particulièrement vulnérables à ces polluants.

En routine, il convient également d’entretenir le système de ventilation (VMC, ventilation mécanique contrôlée), ainsi que les entrées d’air, les grilles et les bouches d’extraction. Ramonez une fois par an les conduits de cheminées et entretenez vos appareils à combustion. Enfin, pour réduire les nuisances polluantes, il convient de contrôler régulièrement le taux d’humidité des pièces, de maintenir une température de 18°C à 20°C et d’éviter les ambiances surchauffées

Changer de produits ménagers

De nombreux polluants sont émis par les produits ménagers, qui dégagent des substances toxiques. Afin de réduire cette source d’exposition, il est conseillé d’opter pour des produits ménagers d’origine naturelle (savon noir, vinaigre d’alcool, cristaux de soude…).

Si cela est impossible, vérifiez la composition des produits ménagers afin d’éliminer ceux qui présentent le plus de substances toxiques. On conseille également de privilégier un essuyage humide à l’aspirateur, qui a tendance à faire voler les COV sans les supprimer.

Aménager son espace intérieur

D’autres gestes pratiques peuvent limiter les sources d’exposition. D’abord, les spécialistes préconisent l’achat de meubles en bois massif. De manière générale, pensez à ne pas coller les meubles aux murs, mais à les placer à 5 centimètres des parois.

Les parquets flottants et les tapis sont recommandés, par rapport aux moquettes et linos, à éviter. L’ajout de plantes dépolluantes constitue une solution intéressante, mais prenez garde à ne pas laisser la moisissure s’installer dans les pots.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation